Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Maison circulaire, Gand

Quelque chose de spécial est en train de se produire à Gand – et il a le potentiel de changer la façon dont nous pensons à un mode de vie durable. Stephan Monten, architecte local talentueux, crée une maison privée unique construite avec nos blocs de construction Carbstone, qui révolutionnent l’industrie de la construction. Le processus de construction de cette maison représente une nouvelle vague de sensibilisation à l’environnement dans l’architecture. Gardez un œil sur ce projet – il pourrait bien être l’avenir de l’habitat durable !

Projet Cofinimmo Mechelen

L’entrepreneur Vanhout nous a fait part de cette première mondiale lors de la rénovation circulaire et neutre en CO2 de l’immeuble de bureaux de Cofinimmo à Malines, qui abrite également le siège d’OVAM. Bien que les travaux n’y soient pas encore complètement terminés, nous vous présentons ci-dessous quelques photos des murs de Carbstone déjà érigés.

Projet Iceberg

Avec nos blocs de construction Carbstone, nous contribuons également au projet Iceberg, une joint-venture européenne entre 35 partenaires (dont Colruyt Group et Orbix) de pas moins de 10 pays différents, qui vise une économie circulaire des matériaux de construction. Ce projet vise à développer des solutions nouvelles, rentables et surtout intelligentes pour améliorer la récupération des matières secondaires tout au long de la chaîne de valeur circulaire : des matériaux de construction mis au rebut aux nouveaux produits de construction fabriqués dans un souci de circularité et d’efficacité des ressources, et qui comprennent de 30 à 100 % de matériaux recyclés de haute pureté (>92%) contiennent.

Ce projet utilise des granulés provenant de la démolition d’anciens magasins de Colruyt. Ceux-ci sont recyclés et complétés par du Carbinox avant d’être séchés dans nos chambres de séchage au CO2. Ainsi, les déchets de construction sont transformés à 100 % en nouveaux éléments de construction de haute qualité, avec un bilan CO2 négatif. En effet, la quantité de CO2 absorbée lors de la production est supérieure à celle émise et, de plus, même après la transformation – à condition qu’ils soient placés à l’air libre – les blocs continueront d’absorber du CO2. Tout cela se fait sous l’œil vigilant de VITO, un organisme de recherche flamand indépendant dans le domaine des technologies propres et du développement durable.